Babaji's Kriya Yoga
Babaji's Kriya Yoga Images
English Deutsch Français FrançaisEspañol Italiano Português PortuguêsJapanese Russian Bulgarian DanskArabic Farsi Hindi Tamil Turkish
 
            

"La Sadhana de la vie"

Par Durga Ahlund

Le Kriya Yoga de Babaji signifie "Action avec Conscience" et c'est une méthode qui nous permet de connaître la vérité de notre être. Paramahamsa Yogananda nous a dit que le Kriya Kundalini Pranayama peut accélérer la progression naturelle de la Conscience Divine chez les êtres humains. La sadhana du Kriya Yoga est une sadhana de l'" action avec conscience, " et cette conscience a énormément de potentiel. Tout ce que nous avons à faire est de bien vouloir que le corps, l'esprit, le cœur et la volonté s'alignent avec notre âme dans l'aspiration de se purifier et de se parfaire. Notre sadhana n'est pas simplement une collection de 144 exercices physiques et mentaux ou pratiques spirituelles. Ce n'est pas un passe-temps, c'est une absorption avec le Soi Divin. C'est une manière pour notre corps tout entier de vivre. Le mental, le cœur, l'âme, et la volonté s'alignent avec l'aspiration de se purifier et de se parfaire, avec le rejet des désirs de l'ego et vers un abandon total, dans le but de vivre pour servir la Vérité. En vivant pour servir la Vérité, notre Yoga peut nous offrir une vie plus large et plus profonde qui n'est que peu affectée par les hauts et bas des circonstances extérieures. Le Kriya Yoga n'exclut pas la vie, mais nous demande d'accepter la vie et toutes les manifestations extérieures, plaisantes ou douloureuses. La sadhana du Kriya Yoga voit le monde extérieur comme la manifestation externe du Divin et l'utilise comme notre champ personnel de sadhana. C'est au travers de la vie que nous en venons à connaître la Vérité sur nous-mêmes.

Le champ de notre vie personnelle est notre sadhana personnelle. Notre sadhana est contenue au sein de nos expériences de vie. Le domaine dans lequel nous pouvons le plus facilement aboutir à l'abandon est dans nos expériences de vie. C'est par le biais des expériences de notre vie que nous sommes capables d'acquérir le plus de croissance. Notre âme extrait son "jus" (rasa) des expériences de la vie. C'est à partir du rasa, l'essence des expériences intenses de notre être extérieur, que nous construisons une personnalité qui est attirée vers la Conscience Divine. La carte routière du Kriya Yoga suggère que nous devons vivre dans le monde, dans le but de s'observer, de se purifier et de réaliser le Divin en soi. Il ne s'agit pas de se libérer du monde mais de se libérer tout en étant dans le monde. La renonciation externe n'est pas nécessaire pour nous amener au but car c'est dans le monde que nous sommes testés par nos attachements, nos aversions et nos désirs. La vraie renonciation est la pureté, c'est une renonciation dans la conscience et une renonciation de l'ego, un abandon de la sensation du "je" et du "mien" provenant du coeur. La vraie renonciation est un état intérieur de conquête des pensées, des désirs, des préférences, tout en demeurant dans le monde. Le monde est notre véritable champ de sadhana, qui nous expose aux tentations, aux leçons et aux guidances variées. À moins de n'être confrontés par notre personnalité limitée, comment la vérité peut nous être révélée? Dans le monde nous développons des attachements, des aversions des désirs. Notre sadhana nous en révèle la vérité.

Le monde nous offre tant d'amour qui nous apporte de la joie. Il nous apporte tellement de beauté et de merveille. Notre Kriya Yoga sadhana peut nous aider à voir l'amour, la merveille et la beauté, être présents dans chaque les moments de la vie, même les moments de pire souffrance. Il ne devrait pas y avoir de distinction essentielle entre ce que nous identifions comme notre sadhana et ce que nous appelons notre vie. Toutes nos actions doivent être offertes, pour être transformées dans le Feu Divin du Yoga. En tant que Kriya Yogis, nous devons assumer le rôle de serviteurs avec la plus grande sincérité, de telle sorte que toutes nos actions s'écoulent du Divin en soi. Pour vivre dans le monde, comme enfants du Divin, c'est la Conscience que nous devons acquérir.

J'aimerais partager avec vous une de mes expériences personnelles, qui m'a permis de réaliser avec clarté tout ce que je viens d'exposer. Cela s'est produit lors d'une rencontre avec un Enfant Divin, qui irradiait beauté et merveille spirituelles. Souvent la beauté extérieure est un mélange de puissance vitale et de magnétisme, ne contenant aucun pouvoir spirituel. La lumière de la nature vitale est éclatante, blanche et froide. Je l'ai vue auparavant. Mais, la beauté spirituelle est charmante et douce et possède un pouvoir de transformation plus intense que toute beauté physique ne pourrait jamais avoir. Même avec une difformité physique, une personne d'une beauté spirituelle nous fera éprouver une attraction très forte.

Imaginez un jeune homme d'une vingtaine d'années possédant un corps estropié, paraplégique, extrêmement maigre, son corps tout entier nécessitant de l'aide. Imaginez un jeune homme, incapable de se nourrir par lui-même. Sa mère doit le soulever de son fauteuil roulant et l'asseoir sur ses genoux pour le nourrir d'une assiette qu'ils partagent. Tous les matins pendant 10 jours, alors que je demeurais dans un ashram en Inde, je les voyais tous les deux au petit déjeuner, la mère, d'à peu près mon âge, soutenant et nourrissant son fils d'à peu près l'âge du mien, comme s'il était un enfant. Et un constant sourire pouvait se lire sur leur visage, comme s'ils possédaient l'un des plus beaux secrets. Je me sentais si attirée vers eux que j'allais à la cantine Ouest particulièrement tôt pour pouvoir manger mon petit déjeuner près d'eux. Je m'asseyais à leur table, éloignée de plusieurs chaises, pour ne pas les déranger.

L'amour et la dévotion que ces deux personnes éprouvaient pour chacun remplissaient l'espace autour d'eux et je m'en absorbais. C'était une expérience spirituelle pour moi. C'était comme si je me baignais au soleil ou dans un lac d'une pureté cristalline. Ce jeune homme état si difforme physiquement, que ses bras et ses jambes étaient recroquevillés et il parlait d'une manière qui m'était impossible de comprendre de là où j'étais assise, et cependant il y avait quelque chose de si merveilleux dans sa présence, quelque chose qui m'attirait et me charmait. Tous les matins, je m'asseyais à sa table aussi près que je le pouvais pour observer du coin de l'œil le rituel entre la mère et le fils. Nous ne nous sommes jamais parlé et nous n'avons jamais cherché à faire connaissance. Ni le garçon, ni sa mère n'ont regardé dans ma direction. Au matin du dernier jour à l'ashram, au retour de la méditation mandir, je ressentis quelque chose qui me tirait par l'épaule comme si l'on voulait me forcer à me retourner. Le plus beau double arc en ciel s'étendait juste au dessus du mandir. Il semblait commencer d'un côté et se terminer de l'autre. Ce n'était pas un arc en ciel double, qui se serait étendu du même centre de couleur orange, mais plutôt deux arcs en ciel, l'un au dessus de l'autre, et chacun était complet et séparé de l'autre. Je n'avais jamais vu de tels arcs en ciel. À peu près 50 mètres derrière moi, se trouvait le jeune homme dans sa chaise roulante avec sa mère. Ils ont remarqué que je regardais quelque chose derrière eux et ils se sont donc retournés. Nous sommes restés immergés dans cet arc en ciel pendant un bon moment, car quand j'ai regardé autour de moi, environ cent personnes étaient debout, absorbées par le miracle dans le ciel. Alors que j'étais sur le point de me retourner pour continuer à me diriger vers ma chambre pour faire mes bagages, le jeune homme s'est tourné vers moi et sa mère a tourné son fauteuil roulant dans ma direction et j'ai été complètement absorbée dans un des plus merveilleux sourires que j'ai jamais vus. À ce jour, je me rappelle clairement la beauté de ce jeune homme. Une radiance pure et cristalline émanait de lui. Il devient vite clair que la vraie " beauté " est le produit de ananda, l'extase, la joie sublime, et cette ananda était l'essence même de ce jeune homme. C'est la lumière blanche de Dieu, chaude et réconfortante, une vraie expression de joie de l'âme.

 

Tous droits réservés: M. Govindan Satchidananda, septembre 2005

© 1995 - 2017 - Le Kriya Yoga et les Éditions de Babaji, Inc. - Tous droits réservés.  "Babaji's Kriya Yoga" est une marque de service enregistrée.