Babaji's Kriya Yoga
Babaji's Kriya Yoga Images
English Deutsch Français FrançaisEspañol Italiano Português PortuguêsJapanese Russian Bulgarian DanskArabic Farsi Hindi Tamil Turkish
 
            

"Comment mener une vie spirituelle dans un monde matériel"

Par Rudra Shivananda

Le Kriya Yoga enseigne que nous devrions progresser et atteindre la réalisation du Soi tout en ayant une vie de famille. Cela requiert non pas que nous renoncions extérieurement au monde, ni que nous nous retirions dans une caverne, mais plutôt que nous opérions une renonciation intérieure, que nous pratiquions le non-attachement au monde matériel. L'initié(e) au Kriya Yoga doit vivre et travailler de façon attentive dans le monde de l'impermanence et de l'ultime illusion en y puisant les ressources nécessaires pour atteindre l'objectif spirituel, à savoir l'expérience de la réalité.

Les yoguis donnent souvent l'exemple de la plante de lotus qui pousse et s'épanouit dans les eaux boueuses et fétides tout en n'étant pas ternie par son entourage. Elle conserve sa pureté et se nourrit de l'eau et du soleil.

Dans la Bhagavad-Gita, le Seigneur Krishna recommande que nous offrions le fruit de nos actions au Divin. Cela nous permet de ne pas nous empêtrer dans les résultats de nos actions. Nous sommes ainsi libres de faire de notre mieux sans attachement. Espérer récolter une récompense pour nos actions constitue une façon matérialiste de penser, tandis que l'action désintéressée, dénuée d'attentes, est la façon spirituelle d'être. Même lorsqu'on nous paie pour nos services, il est préférable de ne pas s'attacher à l'argent et de l'offrir plutôt au Divin, afin qu'il serve à maintenir notre vie spirituelle et à aider autrui.

Maintenant, d'un point de vue pratique, comment une personne dite spirituelle devrait-elle agir?

La première clé de la vie spirituelle est de mettre en place une pratique ou sadhana, régulière. La régularité est cruciale si l'on souhaite surmonter l'inertie et les autres obstacles à l'évolution spirituelle. Une pratique quotidienne, comprenant préférablement une séance le matin et une autre le soir, peu importe leur durée, est préférable à des efforts intermittents d'une durée de plusieurs heures. Cela se doit à l'accumulation continue de l'énergie négative qui doit être stoppée avant qu'elle n'ait la chance de s'enraciner dans le subconscient. Une fois ces énergies enracinées et renforcées par les habitudes négatives, il faudra fournir des efforts dix fois plus importants pour les éradiquer.

Même pour des questions routinières, nous avons appris que la régularité est essentielle. Nous nous brossons les dents tous les jours pendant une ou deux minutes, et non tous les trois jours pendant une demi-heure, ce qui serait absurde! Certains se brossent les dents après chaque repas afin d'éviter l'accumulation de plaque dentaire. C'est ce genre d'enthousiasme qu'il convient d'insuffler dans votre vie spirituelle. Réalisez votre sadhana régulièrement et évitez l'accumulation de négativité et de karma.

La seconde clé est d'être toujours conscient de notre objectif spirituel. Cette conscience est souvent interrompue par notre style de vie irrégulier. Par conséquent, il est important de réexaminer ce style de vie. Prenez quelques instants pour noter et examiner vos activités quotidiennes et hebdomadaires. Vous reposez-vous suffisamment ou nuisez-vous à votre santé en ne dormant pas assez? Mangez-vous des aliments sains qui vous apportent suffisamment d'énergie vitale ou prana, pour conserver vos forces et votre attitude positive? Il peut sembler paradoxal que le fait de bien s'occuper du corps physique est un signe de spiritualité. Il faut évidemment faire attention de ne pas tomber dans l'excès en suivant des régimes excessifs, en faisant de l'exercice de façon compulsive ou en développant une obsession pour les procédures d'embellissement du corps, des pratiques qui sont devenue monnaie courante dans notre société de consommation. Toutefois, une pratique spirituelle régulière comprenant des asanas ou postures, est très bénéfique pour les corps physique et énergétique.

Un corps en bonne santé est nécessaire pour l'évolution spirituelle. Les textes disent que le grand yogui Siddharta Gautama a mortifié sa chair en pratiquant le jeûne excessif avant de s'apercevoir qu'il ne pouvait plus avancer dans sa méditation. Il est devenu si faible qu'il était en train de mourir plutôt que d'évoluer. Il s'est donc traîné jusqu'à un ruisseau afin de se laver. Il a mangé un petit repas, il s'est reposé et il a repris sa méditation. Il a finalement atteint l'illumination, et il est devenu le Bouddha. Par la suite, il a toujours prêché la modération en toute chose - la voie du milieu.

La troisième clé consiste à trouver un équilibre entre les activités spirituelles et les activités matérielles. Combien de temps consacrez-vous à votre vie spirituelle? Il n'est pas nécessaire de passer tout votre temps ou même la majorité de votre temps sur des activités spirituelles. Toutefois, examinez vos activités matérielles et déterminez-en le degré de nécessité. Passer du temps avec sa famille est nécessaire. Le travail est nécessaire pour vivre et pour faire vivre sa famille. Mais est il nécessaire de travailler tard le soir et d'amener du travail à la maison? Est il nécessaire de regarder la télévision? Ce que l'on appelle communément divertissement est habituellement un prétexte pour stimuler un esprit fatigué. Le repos et la méditation sont peut-être un meilleur remède. Trouvez l'équilibre.

La quatrième clé consiste à examiner les gens avec qui nous nous associons - les relations qui sont importantes pour nous. Cela ne signifie pas que nous devions abandonner nos amis de longue date parce qu'ils ne participent pas à des activités spirituelles. Il est bon de se faire des amis qui partagent des aspirations spirituelles semblables aux nôtres et qui peuvent nous fournir un soutien très nécessaire. Les gens qui se lancent sur une voie spirituelle ont souvent tendance à tenter d'expliquer leurs nouvelles croyances et pratiques ou même de tenter de convaincre leurs amis proches de faire comme eux. Cela doit se faire avec beaucoup de délicatesse et jamais dans une optique missionnaire. Si notre interlocuteur n'est pas réceptif, il ne faut pas l'ennuyer. Il n'est jamais productif d'imposer ses croyances aux autres. Pour conserver leur amitié, il se peut que vous deviez ne pas parler de vos activités spirituelles. Si quelqu'un veut en savoir davantage, cette personne vous posera des questions en temps voulu. Ne vous attendez pas à de la compréhension et du soutien de la part même des membres les plus proches de votre famille. Ils craignent l'inconnu et ont peur de vous perdre. Faites preuve de patience et expliquez-leur ce que vous faites. Il se peut que vous deviez leur expliquer plusieurs fois, jusqu'à ce qu'ils comprennent que vous n'êtes pas en train de devenir un(e) fanatique ou que vous ne les ignorez pas.

La cinquième clé consiste à examiner son travail. Étant donné que la plupart d'entre nous passent la plus grande partie de la journée au travail, si ce travail constitue un obstacle à nos valeurs spirituelles, il nous faut alors considérer un changement. Il est possible de travailler et de subvenir à ses besoins financiers sans se compromettre, sans vendre son intégrité. À l'heure d'examiner notre travail, il est essentiel de garder à l'esprit les valeurs de vérité (satya), de non-violence envers nous-mêmes ou autrui (ahimsa) et de non-convoitise (asteya). Une autre valeur à garder en tête est notre auto-réalisation. Le travail que vous effectuez fait il appel à votre plus haut potentiel? Êtes-vous satisfait(e) dans ce domaine ou y êtes-vous arrivé(e) par accident ou par obligation? Ce travail est il ce que vous souhaitez faire dans la vie? Considérez la possibilité de passer d'un poste payant mais insatisfaisant à un poste plus satisfaisant ou de laisser un emploi ennuyant et peu payant afin de devenir travailleur autonome.

Les possibilités sont nombreuses, mais nous devons avoir confiance à la volonté divine. Nous devons nous en remettre au Divin et trouver notre dharma, notre véritable chemin, dans cette vie. Nous sommes tous venus au monde avec un fardeau karmique que nous nous sommes imposé nous-mêmes, mais aussi avec la promesse d'un droit chemin ou dharma. En suivant notre dharma, nous pouvons surmonter tout notre karma et atteindre la réalisation du Soi dans cette vie.

En exerçant une conscience constante de notre but et une vigilance sans relâche de nos activités, nous serons en mesure de nous frayer un chemin spirituel dans les mers turbulentes du monde matériel.

C'est une bénédiction de savoir que nous n'avons pas besoin de nous empêtrer dans ce que nous voulons. C'est une bénédiction d'être satisfait(e) de ce que nous avons et de ne pas désirer ce que nous n'avons pas.

 

Tous droits réservés: M. Govindan Satchidananda, juin 2004

© 1995 - 2017 - Le Kriya Yoga et les Éditions de Babaji, Inc. - Tous droits réservés.  "Babaji's Kriya Yoga" est une marque de service enregistrée.