Babaji's Kriya Yoga
Babaji's Kriya Yoga Images
English Deutsch Français FrançaisEspañol Italiano Português PortuguêsJapanese Russian Bulgarian DanskArabic Farsi Hindi Tamil Turkish
 
            

La Demeure d'un homme est son Ashram

Par M. Govindan Satchidananda

Lorsque nous nous éveillons à la dimension spirituelle de la vie, nous pouvons très souvent nous trouver confrontés à un mental qui est source de grande distraction. Le dilemme universel de l'homme, à savoir quand la conscience est complètement absorbée dans les fluctuations du mental, les "vrittis," tels que les souvenirs, les perceptions des sens, le sommeil, les conceptualisations et les fausses conceptions, a été analysé par Patanjali au début de ses Yoga-Sutras (verset I.5-11). Mais Patanjali décrit également le but du Yoga, la Réalisation du Soi tout au long de son célèbre texte en distinguant clairement ces fluctuations du mental (Ce qui est Vu) de Celui qui voit ou le Soi. Il écrit: "Alors Celui qui voit demeure dans sa forme véritable," (verset 1.3) Mais dans le verset suivant il indique clairement combien nous sommes enclins à oublier cette Réalisation du Soi : "Autrement, il y a identification (du soi individualisé) avec les fluctuations (de la conscience)." Comment pouvons-nous dépasser cette ignorance fondamentale, avidya alors que nous confondons le Soi avec le Non-Soi, Ce qui est Vu avec celui qui voit, le permanent avec l'impermanent? Est-ce que notre yoga aujourd'hui nous aide à rester éveillés ou nous conduit au sommeil?

Le Yoga est devenu aujourd'hui une grosse "business". Un article récent du Yoga Journal estime qu'il y a maintenant plus de 18 millions d'Américains qui pratiquent une forme ou une autre de Yoga et qu'en moyenne, ils y consacrent 1500$ par an. Cela s'ajoute aux 27 millions de dollars par année pour l'industrie, seulement un petit peu moins que ce que Microsoft produit comme richesse par année! La consommation et le corporatisme de l'Amérique, le yin et le yang de notre culture matérialiste, ont pris en otage le Yoga.

Est-ce que cet aspect commercial du Yoga américain crée de l'illusion? Étant consommateurs, conditionnés par une culture et un système économique qui nous dit constamment que plus nous consommons plus nous serons heureux, nous nous retrouvons à consommer sur le marché spirituel : cours dans des studios de Yoga, séminaires, cassettes, accessoires, livres, enseignants, enseignements. Toujours à la recherche à l'extérieur de nous-mêmes pour quelque chose qui nous apportera ce qui nous manque. Par exemple, la plupart des personnes qui vont dans des studios de Yoga ne pratiquent pas chez elles! Elles essaient d'obtenir quelque chose qui leur manque à partir de quelqu'un d'autre. Et de trop nombreux Studios de Yoga américains, qui ont poussé un peu partout dans les galeries marchandes de l'Amérique, les grands temples du matérialisme, font la promotion de cette illusion! Ne commettez pas d'erreur ici nous sommes face à une grande bataille culturelle. De tels biens et de tels services peuvent nous aider à nous sentir mieux ou à être en meilleure condition physique ou à améliorer notre santé, au mieux nous rappeler notre voie spirituelle, ils ne peuvent nous conduire très loin en direction du but véritable du Yoga authentique : la Réalisation du Soi.

La Réalisation du Soi, c'est-à-dire lorsque l'on se réalise comme celui qui Voit, se distinguant ainsi de Ce qui est Vu, les expériences peuvent se produire dans un flash de clairvoyance. Mais la Réalisation du Soi ou Samadhi (l'absorption cognitive) comme l'a décrite Patanjali dans les Sutras 1.40-51 est insaisissable tant que nous continuons à nous identifier avec notre mental, il s'agit de toutes les fluctuations, les vritti qui apparaissent dans la conscience : les pensées, les expériences des sens et les souvenirs. Au tout début des Yoga-Sutras, au verset I.2, Patanjali nous dit que le "Yoga est la cessation (de l'identification avec) les fluctuations (qui émergent dans la) conscience." Après avoir analysé ces fluctuations il recommande comme solution non pas une méthode spécifique mais : "Par la pratique constante et le détachement (émerge) la cessation (de l'identification avec les fluctuations de la conscience)." (verset I.12).

Mais combien de temps cela va-t-il prendre ? En raison de notre conditionnement nous recherchons tous la voie la plus rapide et la plus courte. Et nous sommes prêts à payer pour cela ! Mais Patanjali nous dit en effet que la seule monnaie qui ait de la valeur dans le champ du Yoga est la sincérité : "Ainsi la différence caractéristique à savoir dans quels délais l'absorption cognitive est atteinte dépend de la pratique du Yogi, elle peut être faible, modérée ou intense." (verset I.22)

Une pratique faible est irrégulière, sporadique, pleine de doutes, de hauts et de bas, de distractions et de tout ce qui nous éloigne du but. Une pratique modérée a des périodes de forte intensité et de dévotion, alternant avec des périodes d'oubli, de distractions et d'inclination vers des pensées et des habitudes négatives. Une pratique intense est caractérisée par la constante détermination à se rappeler le Soi et à préserver un état d'équanimité en cas de succès comme en cas d'échec, de plaisir et de souffrance, grandissant en amour, confiance, patience et compassion envers autrui. Peu importe l'intensité des événements ou des circonstances, peu importe la grandeur du jeu de l'illusion du drame, nous continuons à percevoir le Divin dans tout le déroulement de ce drame.

Nous entendons fréquemment notre esprit trouver des excuses comme, "Je n'ai pas le temps de pratiquer le Yoga, je dois aller au travail" ou "je regrette de ne pas avoir plus de temps pour pratiquer." Il se peut aussi que notre mental aspire à un moment ou à un lieu qui soit plus idéal : "Quand je prendrai ma retraite j'irai en Inde vivre dans un ashram." Ou "L'an prochain, je ferai une retraite dans cet ashram dans les montagnes." Ceci bien sûr est toujours un peu la même réaction du mental, à la recherche de quelque chose d'extérieur, aux prises avec la dualité du moment comme les préférences ou les aversions, les succès ou les échecs, les gains et les pertes. Et tant que nous considérons notre pratique du Yoga comme étant quelque chose que nous consommons ou consommons "là-bas" nous ne ferons que renforcer le jeu du mental.

Vous n'êtes pas le mental. Vous avez un mental. Vous êtes Être-Conscience-Béatitude, Satchitananda. Et afin de réaliser cela complètement, à chaque moment, vous devez jouer le jeu de la conscience : la Conscience du Soi constante. Dans le Kriya Yoga de Babaji, de nombreuses techniques ou kriyas sont enseignées pour nous permettre de cultiver la conscience à chaque moment sur tous les plans de l'existence, les asanas pour le physique, le pranayama, la respiration pour le vital, dhyana, la méditation pour le mental, les mantras pour l'intellectuel et le bhakti Yoga dévotionnel pour la dimension spirituelle de notre être. Cela génère un développement intégral et finalement la perfection ou siddhi à tous les niveaux, pas seulement une ascension spirituelle ou verticale.

Quand et comment pouvez-vous faire cela? Aussi souvent qu'il vous est donné de vous en souvenir! Cela dépend de vous! Toutes les sadhana yogiques ou les pratiques peuvent se résumer ainsi : " tout ce que vous faites pour vous souvenir de qui vous êtes et tout ce que vous faites pour laisser partir tout ce que vous n'êtes pas." Vous êtes probablement chez vous en train de lire ceci en ce moment même. Tandis que vous lisez ces lignes, pouvez-vous permettre à une partie de votre conscience de se mettre à l'écart et de jouer le rôle de témoin, observant votre mental lire ces lignes? Pouvez-vous continuer à permettre à votre conscience d'être divisée en 2 parties : l'une absorbée par le fait de voir, d'entendre, de faire, de penser, de sentir et une autre part tout simplement consciente de tout ce qui se passe ? Dans ce cas, vous trouverez la béatitude dans chaque moment. Vous obtenez cette "béatitude" à chaque fois que vous êtes conscient. Ce " jeu de la conscience" est le seul jeu qui vaut la peine d'être joué. A chaque fois que vous vous en souvenez vous gagnez, à chaque fois que vous oubliez d'être le témoin vous souffrez et perdez. Même si votre karma vous envoie des roses et non des tomates pourries, si vous êtes absorbé par le drame, votre mental va très vite commencer à s'inquiéter et se demander quand cela va prendre fin et donc souffrir.

Par conséquent faites de votre maison le lieu où vous pratiquer cette sadhana yogique à chaque instant. Que faites-vous à la maison? Vous mangez, dormez, faites la vaisselle, vous vous détendez, vous jouez et faites les tâches ménagères. Faites de toutes ces activités des champs de conscience, des opportunités pour pratiquer la conscience comme l'enseigne le Kriya Yoga de Babaji. Ici voici quelques suggestions particulières dans chacun de ces domaines:

1. Moment des repas : lorsque vous vous mettez à table, faites en sorte que ce moment soit sacré, à partir du moment ou vous commencez à préparer le repas. Chantez des chants dévotionnels ou des mantras et cultivez l'attention quand vous découper, faites cuire et servez le repas. Lorsque vous êtes assis faites une prière ou chantez le mantra dédié à la nourriture : Ahm Hreem Kram Swahaa, Chitrya Chitra guptraya yamarupy dryah Om Tat Sat Om Kriya Babaji Nama Aum. Mâchez chaque bouchée en étant le témoin de toutes vos expériences. Même lorsque vous faites la vaisselle et jetez les détritus, cultivez cette Conscience du Soi.

2. Les tâches ménagères et les factures. Le vieux dicton, "la propreté est proche de la sainteté" s'applique ici aussi. Entretenez votre maison comme si vous attendiez la venue de Dieu à tout moment. En créant un lieu d'ordre, de clarté et de propreté vous allez faire l'expérience de l'équanimité en vous-même plus facilement. Cultivez l'attention tandis que vous faites ces tâches. En apprenant à gérer vos dépenses en fonction de votre revenu et en payant vos factures à temps vous évitez du stress et vous libérez votre esprit de réactions dérangeantes.

3. Le moment de faire la toilette et de s'habiller. Habituez votre mental à se concentrer à l'intérieur tandis que vous pratiquez vos postures quotidiennes de Yoga, que vous faites votre toilette et que vous vous habillez. Faites une chose à la fois avec une partie de votre conscience à l'écart du jeu des sens et du mental.

4. Jouez avec vos enfants. Vos enfants peuvent vous apprendre à retrouver la spontanéité, le rire et le fait de vivre dans l'instant. Recherchez les opportunités pour partager avec eux ce que vous aimez le plus dans la vie et encouragez-les à s'exprimer. Soyez attentif non seulement à eux mais aussi aux réactions de votre propre mental et à votre dialogue interne. Soyez un témoin et pas seulement un acteur.

5. Partagez avec les amis : Invitez des personnes avec les mêmes affinités que les vôtres pour des satsang ou "partage de vérité," en vous souvenant que l'esprit n'a pas de forme et ce qui est vraiment important est d'être de plus en plus ce que Vous êtes vraiment. Les satsang peuvent prendre la forme du partage d'expériences appréciées ou réalisées, de chansons, de chants, partage de fraternité, de méditation, une session de postures de Yoga, un repas, n'importe quelle expression ou geste d'amour et d'affection.

6. Pratiquez le yoga nidra pour remplacer progressivement le sommeil par le repos yogique. Commencez avec le repos conscient quand vous n'êtes pas fatigué ainsi vous réduisez les risques de vous endormir. Apprenez à donner du repos au corps tout en conservant votre conscience en état de conscience du Soi, qui n'est pas retiré du plan physique.

7. Pratiquez les postures, le pranayama, la méditation, les mantras et toutes les autres formes de Sadhana en suivant un programme régulier, particulièrement le matin et le soir, avant et après le travail et plus intensivement pendant les week-ends et les vacances.

8. Étudiez les Yogas Sutras de Patanjali et la Bhagavad Gita tous les jours.

En cultivant la conscience du Soi au cours des activités suivantes vous allez faire l'expérience de la joie inconditionnelle et de la béatitude. La béatitude ou l'ananda ne dépend pas des conditions extérieures, agréables ou désagréables, que l'on ait ou non ce que l'on souhaite. Cela dépend uniquement de notre présence, de notre conscience du présent de toute chose.

Si vous le pouvez, cultivez la conscience chez vous, vous pourrez ensuite la cultiver partout. En pratiquant l'équanimité de façon constante aussi bien en période difficile qu'en période joyeuse, les moments de plaisir et de souffrance, les moments de bonheur et de malheur, vous deviendrez progressivement un Yogi, plutôt qu'un consommateur de matérialisme spirituel. Vous resterez dans un état de réalisation du Soi. Le marché spirituel vous perdra mais le monde bénéficiera grandement de votre illumination. Nous n'avons pas besoin de plus de studios de Yoga! Nous avons besoin de plus d'ashrams! Un ashram est par définition la résidence d'un Yogi. Par conséquent soyez un Yogi et automatiquement votre maison sera un ashram!

Tous droits réservés: Marshall Govindan 2003.

© 1995 - 2017 - Le Kriya Yoga et les Éditions de Babaji, Inc. - Tous droits réservés.  "Babaji's Kriya Yoga" est une marque de service enregistrée.