Babaji's Kriya Yoga
Babaji's Kriya Yoga Images
English Deutsch Français FrançaisEspañol Italiano Português PortuguêsJapanese Russian Bulgarian DanskArabic Farsi Hindi Tamil Turkish
 
            

Editorial de M. Govindan Satchidananda

"Toute notre ignorance nous rapproche de la mort" — T.S. Eliot

Ce vers du grand poète américain, T.S. Eliot, que j'ai lu récemment, paraphrase ce qu'un éminent gérontologue me dit lors d'une conférence sur le viellissement à L'Institut National de la Santé, à Bethesda, dans le Maryland, il y a plus de 25 ans. Au cours de la période de question/réponse, je demandai à un panel d'éminents docteurs et scientifiques, "Pourquoi les humains meurent-ils?" La réponse que j'obtins fut à la fois surprenante et humble. Il répondit: "Les humains meurent en raison de leur ignorance. Nous avons tellement de mauvaises habitudes qui nous exténuent." Lorsque je lui demandai alors s'il existait, "une limite théorique à la vie humaine?" Il répondit: "Il n'existe pas de limite théorique à la vie humaine. Les humains pourraient vivre indéfiniment. Nous ne savons pas pourquoi il devrait y avoir une limite à la vie humaine."."

Depuis lors, de nombreux scientifiques ont attiré l'attention sur les effets des "radicaux libres" et même sur l'existence d'un gène qui semble contrôler le vieillissement, mais nous sommes encore tout à fait ignorants pour ce qui est d'expliquer la mort. Nombreux sont ceux qui ont essayé de mettre en relation les effets du stress, de l'alimentation, du style de vie, de l'environnement, du statut social et de la généalogie avec le vieillissement. Les Siddhas, bien sûr, avaient beaucoup de choses à dire concernant la corrélation entre notre rythme de respiration et le vieillissement.

Toutefois, le sujet de "l'ignorance" lui-même est très souvent négligé. Le terme "avidya" est le mot sanskrit pour "ignorance." Il fait référence non pas à une absence de connaissance ou à un manque d'éducation, comme ce terme est utilisé dans les paragraphes précédents. Selon Patanjali: "l'Ignorance c'est voir l'impermanent comme étant permanent, l'impur comme étant pur, la douleur comme étant agréable et le non-Soi comme le Soi." (Yoga-Sutras II.5) Ceci est l'erreur fondamentale à laquelle les humains sont enclins, et implique le sens erronéde l'identification avec ce que nous ne sommes pas. Nous disons: "Je suis fatigué" ou "Je suis malade, en colère ou inquiet." Nous approchons de la vérité, toutefois lorsque nous disons: "Mon corps est fatigué", ou "J'ai des pensées pleines de colère." Notre environnement culturel actuel, les médias, la syntaxe de notre langue et notre système éducatif, tout cela vient nourrir cette erreur fondamentale qui dissimule notre véritable identité, le Soi. Le Soi est l'éternel témoin, Celui qui Voit, Un Etre constant, pur, infini, omniscient, présent dans chaque chose. Tout le reste est changeant et sera donc perdu un jour. En s'accrochant à l'impermanent, à ce qui change, nous ignorons le Réel et nous souffrons. Tous les désirs conduisent à la souffrance ils créent un désir insatiable d'obtenir quelque chose que nous n'avons pas actuellement ou d'être quelqu'un que nous ne sommes pas. Même si nos désirs s'accomplissent, il y aura toujours plus de désirs tout comme le désir de ne pas perdre ce que nous avons, d'où toujours plus de souffrance.

Patanjali nous dit que "l'Ignorance, l'égoïsme, l'attachement, l'aversion et le fait de s'accrocher à la vie sont les cinq afflictions (klesah) "(II.3). Ces cinq afflictions empêchent la Réalisation du Soi. L'Ignorance est la plus significative, il continue et dit dans le vers suivant: "l'Ignorance est le champ (dans lequel les autres) d'affliction (poussent) et peut être endormie, faible, interceptée ou active." Ainsi, l'Ignorance est la cause première de notre souffrance et elle provoque les autres. C'est la cause de la confusion entre le sujet "Je suis," et les objets de notre expérience. Elle cache notre conscience intérieur et crée une fausse identification: Je suis le corps, l'esprit, les sens, les émotions, etc.

Pour la personne ordinaire, l'ignorance, l'égoïme, l'attachement, l'aversion et le fait de vouloir s'accrocher à la vie sont constants et alimentés sans cesse. Nous suivons constamment les penchants de nos désirs basés dans le subconscient. Quand notre bien-être ou notre survie est menacés nous répondons automatiquement par la peur, sans réfléchir. Quand nous commençons à pratiquer le Yoga cependant, nous contrôlons de telles inclinations, nous nous détachons d'elles ou leur résitons et leur substituons des sentiments d'amour, d'autodiscipline et de générosité etc. Cela exige toutefois de la vigilance et des efforts; sinon les vieilles habitudes réapparaissent.

Pour un pratiquant avancé en Yoga, les afflictions deviennent très faibles ou endormies, parce qu'il ou elle ne leur donne plus de prise. La discipline constante du pratiquant (sadhana) résulte en un état d'équanimité, qui ne peut être perturbé par de telles inclinations.

Par conséquent pour vaincre cette Ignorance, nous devrions chercher des façons de nous souvenir qui nous sommes vraiment: par l'étude régulière des textes comme les Yoga-Sutras et la Bhagavad-Gita, en utilisant des affirmations et des auto-suggestions concernant notre Soi véritable et en cultivant la conscience de Soi à travers la voie aux cinq branches du Kriya Yoga de Babaji.

Tous droits réservés: Marshall Govindan automne 2001.

© 1995 - 2017 - Le Kriya Yoga et les Éditions de Babaji, Inc. - Tous droits réservés.  "Babaji's Kriya Yoga" est une marque de service enregistrée.